La Gallery

21.06.11 > 11.09.11

Le Dieu du 12

Alex Barbier

C’est une exposition très particulière que le CBBD vous propose de découvrir cette fois encore, et ce pour trois raisons : - Alex Barbier, est un auteur rare, original et talentueux. Son œuvre est iconoclaste et militante, ce qui ne lui vaut pas que des amis. - FRMK, son éditeur, est à la pointe du combat en ce qui concerne la BD alternative d’avant-garde, ce qui ne lui vaut pas que des amis. - Les planches de l’album « Le dieu du 12 » ont été partiellement calcinées dans l’incendie de l’atelier d’Alex Barbier. Un incendie volontaire. Voilà ce qui arrive quand on n’a pas que des amis. Par bonheur, Alex Barbier et FRMK ont aussi des amis, ce qui leur vaut d’être exposés au CBBD, et nous n’en sommes pas peu fiers ! JC De la Royère, CBBD.

Oeuvre de jeunesse du pape du FRMK, Le Dieu du 12, chef d’oeuvre jusqu’alors épuisé est enfin réédité par le FRMK. Les originaux disparurent, brûlés dans l’incendie qui ravagea l’atelier du maître.

Mais, avec patience, un lent et important effort de recherche et de restauration, voici que renaît de ses cendres, jamais paru tel que son auteur l’avait imaginé. Ce livre est une oeuvre entièrement à part, un récit halluciné, un foisonnement visuel composant un univers de Sci-Fi que l’on pourrait attribuer à Philip K Dick. Nous y croisons entre autre un Dieu qui évolue dans un monde que les machines ont reconstruit en se basant sur la lecture des «Garçons sauvages»de William S Burrough, oubliant d’ailleurs les femmes. La beauté indéniable des planches d’Alex Barbier, la crudité de certaines évocations et l’amère mélancolie des personnages y sont restituées comme nul part ailleurs.


Né en 1950, Alex Barbier est renvoyé de l’éducation nationale alors qu’il est professeur de dessin. Motif : attitude subversive. Dès ses débuts en bande dessinée, à l’aube des années 80, il marque le genre par deux livres : Lycaons et Le Dieu du 12. Couleurs criardes et univers hallucinés, jeunesses folles et lycantropes, vices et bassesses ordinaires. Désormais installé par ses pairs de F. comme une référence majeure, il compte aux éditions FRMK non seulement sa trilogie des Lettres au Maire de V., mais aussi un livre-entretien biographique et De la chose, un recueil de petites peintures à l’huile érotiques, douces et délicates.

Thierry Van Hasselt, FRMK

Retour

© 2018 — Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles

Web design & development by Typi