Flash Info

La Gallery

18.06.13 > 08.09.13

Le sourire de Mao

Jean-Luc Cornette et Michel Constant, Editions Futuropolis

Après des années de crise politique, la Belgique s’est finalement scindée en deux États. Afin que l’étoile de la nouvelle République Démocratique de Wallonie brille au firmament des nations, son président-capitaine Francis Delcominette, qui lorgne sur les méthodes de Mao Tsé-Toung pour diriger son pays, décide d’acheter au gouvernement chinois la dépouille embaumée du Grand Timonier…

Ludmilla est une jeune adolescente de 16 ans, membre de Fauves de Hesbaye, une formation scoute qui sert de police de proximité, et fervente supportrice du président Delcominette. Elle est blessée accidentellement par Antoine, un jeune garçon très critique envers le régime. Lors de ses trois mois en centre de rééducation et d’orientation par le travail manuel, Antoine fait la connaissance de Franck, 29 ans, assassin présumé d’un jeune scout. Tous les trois ne sont en fait que des pions pris dans un inexorable complot qui se referme sur eux et les dépasse.

Jean-Luc Cornette a 47 ans. Après être passé par l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, il travaille d’abord dans l’illustration jeunesse avant de publier ses premières bandes dessinées aux éditions Casterman. Il délaisse petit à petit le dessin pour se recentrer sur le scénario.  Depuis, il a écrit plus d’une quarantaine d’albums en collaboration avec Michel Constant, Christian Durieux, Stéphane Oiry, ou Nicolas Witko… 

Michel Constant a 50 ans. Après des études à l’école Saint-Luc de Liège, il publie ses premières pages dans le journal Tintin. En 1986 il dessine la série Mauro Caldi, scénarisée par Denis Lapière. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres avec Jean-Luc Cornette ou Michel Vandam.

L’éditeur.

 

Alors que les auteurs belges ont largement contribué au succès de la bande dessinée européenne dans la deuxième moitié du siècle dernier, il faut bien avouer qu’ils se sont fait plus discrets ces dernières années, surtout dans le domaine de la BD d’auteur. C’est pourquoi le Centre Belge de la Bande Dessinée se réjouit d’accueillir deux créateurs contemporains bien de chez nous, publiés chez l’un des éditeurs français les plus inspirés du moment.  Il est à noter que Jean-Luc Cornette, le scénariste visionnaire de cette politique-fiction, connaît bien le CBBD pour y avoir remporté le Prix du Lion en 1995 pour son album personnel Maxime Maximum.

JC De La Royère, Centre Belge de la Bande Dessinée.

Retour

© 2018 — Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles

Web design & development by Typi