Museum at home

Joris Mertens - Béatrice

#artdelabd

19 mai 2020

La bande dessinée muette est un genre qui a pris de l'ampleur ces dernières années. Joris Mertens l'a également choisi pour son premier récit, "Béatrice" (Rue de Sèvres). Dans cette histoire, il emmène le lecteur dans une ville dynamique qui pourrait être à la fois Bruxelles et Paris dans les années 1970, dans le sillage d'une jeune vendeuse qui prend quotidiennement le train pour le centre-ville. Chaque jour, elle y remarque un sac rouge solitaire qui l'attire... Quand après bien des hésitations, elle l'emporte avec elle, elle est aspirée hors de sa routine dans une histoire d'amour magique...

Joris Mertens ne fait presque jamais de storyboarding: il veut essayer de voir si quelque chose fonctionne visuellement le plus vite possible, et ne le voit souvent que lorsqu'une planche est complètement terminée. Après quelques brèves esquisses, il se lance rapidement dans le dessin final au crayon. Il dessine ici chaque case séparément, puis compile ses planches sur base des cases individuelles. Il ajoute de la couleur avec l'ordinateur dans une palette sépia limitée, complétée par du rouge. Si le résultat est décevant, il n'hésite pas à jeter le travail d'un ou plusieurs jours à la poubelle et à tout recommencer !

Comme l'histoire n'a pas de texte, les expressions et les attitudes des personnages sont encore plus importantes que dans un dessin animé classique. Sur les dessins, par exemple, on remarque l'expressivité particulière des mains, que l'auteur étudie attentivement devant le miroir ou sur base de photographies. Joris Mertens évoque l'atmosphère des différentes époques dans lesquelles nous voyons évoluer Béatrice via le mobilier ou les costumes des personnages, mais aussi dans l'architecture ou les ustensiles.

Retour

© 2020 — Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles

Web design & development by Typi